Pagne africain

-

Le mot “serviette d’aigle” vient de l’espagnol Paño (pagno) qui signifie “pièce de tissu” ou “pièce d’étoffe”. Elle est principalement utilisée en Afrique subsaharienne et chez les Indiens qui se couvrent de différentes manières, par exemple de la ceinture aux genoux ou du tronc aux chevilles.

En Afrique, il existe de nombreux types de Pagne africain, réalisés avec des matériaux issus de la forêt ; de l’écorce battue décorée de motifs M’buti par les pygmées du Zaïre, aux tissus les plus riches et les plus complexes inspirés des techniques indonésiennes, en passant par le Pagne africain coloré des Masaïs et les pagnes courts et attrayants réservés à l’intimité dans l’Ouest et le Midwest du continent.

Dans les pays du Golfe de Guinée, le pagne traditionnel était une pièce de tissu d’environ 1 m de large et 8,5 m de long. Cette forme se retrouve également dans le sari / dhoti indien, la toge romaine et l’ancienne forme du kilt écossais.

Lors des activités quotidiennes, le Pagne africain était plié en deux dans le sens de la longueur et enroulé autour des hanches. Dans des situations plus “formelles”, lors de cérémonies ou lorsqu’il faisait froid, elle était dépliée et drapée comme une toge ou un sari, avec une partie enroulée autour de la taille et le bord libre rejeté en arrière, sur l’épaule gauche ou parfois au-dessus de la tête.

L’histoire derrière les pagnes

Une personne possédant plusieurs pagnes utilisera le Pagne africain le plus couramment porté pour les activités quotidiennes et un Pagne africain de bonne qualité drapé autour du corps pour les occasions spéciales. À l’époque moderne, les pagnes pour femmes étaient coupés en trois parties (pagne, corsage et surjupe ou châle). Celle des hommes n’est plus utilisée, sauf pour des occasions spéciales et/ou par des hommes d’un certain rang (notamment les prêtres, les chefs traditionnels au Ghana).

En Afrique subsaharienne (Afrique noire), le Pagne africain et ses couleurs chatoyantes font partie de la vie quotidienne. La variété des motifs et la brillance des couleurs, des techniques d’impression et de teinture en ont fait un art textile riche de sens.

Dans les tombes Dogon fouillées dans les rochers de Bandiagara, les archéologues français et hollandais ont découvert les plus anciens fragments de tissus africains, datés entre le XIe et le XVIIIe siècle, unis ou teints en indigo ou joints cousus en bandes formant un damier blanc et indigo foncé, correspondant au même tissu qui est encore utilisé aujourd’hui pour envelopper les morts. Il s’agit d’une authentique culture textile africaine, qui s’est manifestée bien avant l’arrivée des étrangers.

Les pagnes en Afrique de l’Ouest

L’Afrique occidentale, en particulier, a toujours utilisé les techniques de filage, de teinture et de tissage du coton. Ils utilisaient des plantes pour obtenir des teintes comme l’indigo, pour fabriquer le tissu appelé bogolan qui est teint selon une technique très utilisée au Mali, au Burkina Faso et en Guinée. – Bien avant l’importation de tissus industriels d’Asie, d’Inde ou d’Europe.

Ce tissu est encore associé, dans les secrets de ses méthodes de tissage et d’impression, à des mythologies qui lui confèrent une origine divine. Il s’agit d’une pièce de tissu en coton ou d’une matière végétale tissée (par exemple, des fibres de raphia tissées). Il peut être simple de nombreuses façons, tissé, coloré, imprimé, brodé ou décoré. Selon les époques, les cultures et les étapes de la vie, le Pagne africain est porté de façon mixte par les hommes, les femmes et les enfants.

https://africanfabs.fr/

Leave a reply

Your email address will not be published.